Depuis quelques années, une augmentation du taux de mortalité hivernale des colonies d'abeilles prend des proportions inquiétantes, avec des pourcentages atteignant les 90 % dans certaines régions. Les causes de cette mortalité sont multifactorielles : pesticides, pathologies, changement des conditions climatiques, diminution des ressources alimentaires…

« Planter une graine, une vie qu'on sème »

Cette situation génère des enjeux considérables en termes de sécurité alimentaire, humanitaire et d'emplois. Dix-sept élèves de troisième du collège Croix-Saint-Marceau en ont pris la pleine mesure. De fait, ils ont décidé, dans le cadre de leurs études, de créer une mini-entreprise EPA (Entreprendre pour apprendre). L'objectif ? La sensibilisation à l'implantation de graines de fleurs pour la survie des abeilles.

Accompagnés de leurs parrains et de leurs professeurs, Mesdames Perrin et Mallet, ils ont intitulé leur projet « Semeurs d'espoir » et choisi le slogan suivant : « "Planter une graine, une vie qu'on sème" », explique Sacha Leite, directrice de la mini-entreprise.

Concrètement, et avec l'aide de leurs proches, les jeunes ont misé sur la fabrication d'une jardinière de graines mellifères, un kit composé d'une barquette en bois, de terreau et de graines de fleurs mellifères, de ficelles et de contenants écologiques et biodégradables. « Ce kit écolo sera vendu dans les écoles et autres organismes publics, le but étant d'en vendre le maximum et de faire valoir le projet lors de la finale régionale du concours EPA qui aura lieu à Blois, le 14 mai », ont également indiqué élèves et professeurs.